Formation en biodynamie: Voyage de fin d’études en Écosse

Après deux années très intenses et riches de la formation du Mouvement de l’agriculture biodynamique en France, les stagiaires ont effectué un voyage d’étude en août dernier. Ce voyage fut un moment fort de leur formation et ils ont souhaité remercier les donateurs de la Fondation qui ont largement participé à la réussite de ce voyage beau et formateur.

Photo de groupe des étudiants. Image issue du rapport de leur voyage.

En cinq jours, les étudiants ont fait la connaissance de plusieurs initiatives en Écosse qui font vivre, chacune à leur façon, l’agriculture biodynamique. Au-delà de la pratique paysanne, les rencontres et échanges ont souvent porté sur les formes sociales que les communautés peuvent prendre autour de la ferme comme lieu de production et de transformation de la nature.

Ainsi, le Campill de Loch Arthur comprend deux fermes dans lesquelles travaillent les habitants de tout le Camphill, c’est-à-dire de tout le village. La production des deux fermes alimente la trentaine d’habitants répartis dans sept maisons, en plus de la vingtaine de jeunes volontaires qui viennent chaque année passer entre six mois et un an sur le lieu. Chacun a sa place dans le travail quotidien, dans l’agriculture ou dans les autres tâches, ce qui donne confiance en soi et en l’autre. Autre particularité de cette communauté: le montant des rémunérations est laissé à la libre appréciation de chacun, qui le choisit en fonction de ses besoins et de ceux des autres personnes.

Parmi les autres lieux et nombreuses personnes rencontrées, un autre endroit marquant fut le Pishwanton Institute (The Life Science Trust), une institution de recherche, d’expérimentation et d’enseignement sur l’architecture, le paysage et l’approche goethéenne.

Au pied des collines de Lammermuir
Entre landes et plaines fertiles
Partager, observer et s’enfuir
Du monde et de sa prison futile

Les genêts, les bouleaux, la callune
Offrent leurs teintes subtiles aux bâtisses
Qui s’intègrent discrètes au rideau
De nature, qui leur sert de calice

Les formes se répandent dans l’espace
Nous suivons dans notre marche les bordures
Le temps indolent laisse sa trace
Jusqu’à sublimer les moisissures

Partout les gnomes sortent de Terre.
Les ondines esquissent un mouvement,
Que les fées reproduisent dans l’air,
Portant le feu jusque dans les champs.

(Un stagiaire)

Lire le rapport complet des étudiants sur leur voyage.