Enthousiasme et confiance

Chers amis de la Fondation, 

Qu’ils sont souvent rafraichissants, ces remerciements que les étudiants et étudiantes envoient régulièrement à notre responsable des bourses et prêts d’honneur, Maryse Rouzès, et que vous pourrez lire comme toujours à la fin de la lettre. Ils témoignent d’un enthousiasme et d’une volonté d’avancer, mus par des idéaux qui permettent aux pensées et aux cœurs de regarder loin et de fonder leur confiance dans une expérience intérieure. Rudolf Steiner a exhorté à plusieurs occasions ses auditeurs à plus d’enthousiasme, par exemple en octobre 1922 : « C’est en réalité ce qui devrait émaner de l’anthroposophie : être éveillé, avoir de l’enthousiasme, transposer la connaissance en une activité réelle, en actes, de sorte que l’homme ne se satisfasse pas d’avoir des connaissances grâce à l’anthroposophie, mais que celles-ci le fassent évoluer (1). » 

Si le but est juste, enthousiasme et action, chaleur et mouvement se nourrissent mutuellement en des spirales vertueuses. Une telle chaleur, un tel enthousiasme ne sont-ils pas un antidote contre la peur, et un complément salutaire à la recherche de sécurité privilégiée par les mesures gouvernementales ? Et le monde n’a-t-il pas particulièrement besoin de forces d’enthousiasme en ce temps où la confiance en l’avenir est mise à rude épreuve ? 

La confiance, voici encore une autre qualité pour nous guérir de l’ambiance actuelle et dont nous fait cadeau Émilie Strac. Elle peint, des peintures empreintes de douceur, pour faire naître, en plus de la beauté, de la douceur, dans la relation aux enfants, et au-delà, dans toutes les relations sociales. La douceur, qui a besoin de lenteur, la douceur qui soigne les liens. Ses peintures sont aussi imprégnées d’une absolue confiance en la vie. C’est là le geste même qui devrait accompagner la venue au monde d’un enfant. Est-ce alors étonnant qu’elle aime tellement peindre des madones ? Ses madones à elle. Ses madones personnelles, intimes, dont elle fait cadeau au monde. 

C’est avec des moments vécus d’une telle ambiance, aux antipodes du monde que nous vivons, que nous vous souhaitons de passer les dernières semaines de cette année et le temps de Noël. 

Émilie et les autres ont été aidés sur leur chemin par la Fondation, grâce aux dons que nous ont envoyés nos donateurs. Nous espérons qu’en lisant ces lignes, vous aussi ressentez l’envie de faire un petit geste pour aider d’autres talents à se déployer. Vous avez déjà été nombreux à envoyer vos dons à la suite de nos derniers appels, et nous espérons que d’autres ont à cœur de faire de même. Nous sommes profondément reconnaissants à chaque donateur, chaque donatrice. Heureusement, la plupart des instituts de formation que nous soutenons ont trouvé des formes adaptées pour poursuivre et réinventer leur travail. Parallèlement, des demandes de soutien continuent d’arriver à la Fondation, de façon moindre à cause des circonstances, mais de façon régulière. 

Claudia Achour, secrétaire

(1) R. Steiner, Cosmos spirituel et organisme humain, ÉAR, 2004, p. 122