Rapport annuel 2020

Chers amis de la Fondation,

2020 ! Une étrange année pendant laquelle bien des processus sociaux et économiques ont été perturbés, mais aussi une année de découvertes et de prises de conscience individuelles. Parmi ces dernières, la pandémie n’a-t-elle pas donné l’occasion d’accroître grandement notre perception de l’interaction entre les échelles macroéconomiques de l’économie mondialisée, celles moyennes des initiatives « collégiales », qu’elles soient économiques ou culturelles, et enfin la micro-échelle quasi individuelle à la base de nos vies ?

La réponse financière des États et de l’Europe ou des États-Unis d’Amérique à la crise économique et sociale révèle, à très grande échelle, la relativité des dogmes fondés sur l’équilibre strict des comptes, dogmes si ancrés dans l’évidence de nos habitudes. Dans une interview récente (1), l’économiste Gaël Giraud souligne l’impasse de la notion d’équilibre des recettes et des dépenses quand il s’agit de la macro-échelle, alors qu’elle s’impose légitimement aux plus petites échelles. À quels niveaux se situent ces ruptures d’échelle ? Comment se placent les fondations dans ce panorama ? À la modeste échelle de la Fondation Paul Coroze, on ne peut certes s’affranchir de cet équilibre dans la durée. Cependant, il doit être vu comme un flux qui va de la conscience généreuse des donateurs vers les demandes de ceux qui voudraient acquérir des compétences nouvelles, fécondes pour l’avenir. Ainsi, cette année encore, la Fondation a œuvré pour réaliser sa vocation, de la façon que, cher lecteur, nous vous invitons à découvrir dans notre rapport 2020.

Pour le Conseil de la Fondation

    

 

 

 

 

François Lusseyran
Président

 

Lire le rapport annuel 2020

 

Note :

1. France Culture, Trois entretiens d’économie pour l’été ; Épisode 2 : Gaël Giraud, La théologie au service de l’économie, 23 juin 2021

Image : Cours de travaux manuels à l’école Steiner-Waldorf de Sorgues, Classe 6. Photo : Annick Trémel